Sous le règne de l'empereur Romain AUGUSTE, au 1er siècle avant Jésus Christ, AGRIPPA fit construire l'aqueduc qui, sur 50 km de long, amenait quotidiennement jusqu'à 124 000 m³ d'eau, de la fontaine d'Eure d'UZES à la ville de NÎMES. La commune de VERS a le privilège d'en conserver sur son territoire d'importants et spectaculaires vestiges. Ils sont parmi les plus remarquables du monde romain. Des archéologues avertis  en donnent le commentaire suivant :  "Cette série d'ouvrages d'art constitue sans aucun doute la plus importante série de ponts antiques que l'on puisse trouver sur un espace aussi réduit en Gaulle".

Outre le célèbre ouvrage construit sur la rivière Gardon, nommé Pont du Gard, de nombreux vestiges, pour certains fort bien conservés et dignes du plus grand intérêt, jalonnent son parcours à travers le territoire de la commune. L'ensemble donne une idée du colossal ouvrage construit par les Romains avec la belle pierre dorée extraite de carrières, toujours exploitées, situées sur le territoire de la commune de VERS.

Les ingénieurs Romains qui l'ont conçu avaient un savoir-faire hors du commun. Leur expertise technique et expérience hydraulique sont impressionnantes. L'importance des vestiges et du pont sur la rivière donne une idée de ce que fut la réalisation de ces 50 kilomètres d'aqueduc. Outre les travaux gigantesques que nécessitèrent la taille des pierres et la construction de l'ouvrage, la pente très faible qu'ils réussirent à respecter est une des preuves de leur savoir. Sur les cinquante kilomètres de son parcours il est dit qu'elle est en moyenne de 24 cm par kilomètre et de 7 cm seulement en aval.

Cette œuvre remarquable n'est malheureusement pas mise en valeur comme elle le mériterait et, mis à part le pont sur la rivière Gardon, il est regrettable que les vestiges représentatifs de la richesse du patrimoine versois, laissés par les Romains, soient négligés et par trop méconnus.

 
 
 

Souterrains en tunnel, au niveau du sol ou supportés par des arches plus ou moins grandes, au lieux-dits Roc Plan, La Lône / Font Ménestière, le Pont Roupt et Valive, des tronçons importants des vestiges de l'aqueduc subsistent, parfois sur plusieurs centaines de mètres.

L'aqueduc, notamment la partie supérieure des constructions, murs, voûte et couverture du canal, a surtout souffert de la démolition, probablement au Moyen Age, en vue de la récupération des pierres pour la construction des chapelles romanes, châteaux environnants et habitations.

Les Romains démontrèrent un savoir faire ignoré de nos jours dans l'emploi du matériau. La construction de l'ouvrage en petit appareil parfaitement taillé pour les remplissages, et l'emploi des gros blocs pour angles, voussoirs et entablement démontrent l'emploi judicieux d'un matériau dont l'homogénéité n'est pas toujours parfaite.

Les dépôts et massifs calcaires provoqués par des siècles de service, aussi bien à l'intérieur qu'à l'extérieur du canal, sont remarquables. Ils forment de véritables carapaces protectrices qui ont certainement contribué à la conservation des vestiges. Il est probable que si l'aqueduc n'avait pas été en majeure partie détruit par les récupérateurs de matériaux de construction, il aurait défié les deux millénaires nous séparant de sa construction.

 
 
   
   
   
   
 
 
Dit Pont du Gard
 
 

Le pont aqueduc qui franchit la rivière gardon, dit "Pont Du Gard", fait partie des grands ponts qui ont frappé l’imagination. Il est le plus important que les Romains édifièrent. Haut de 48 mètres au dessus du lit de la rivière, c'est une véritable prouesse architecturale.

Avec les moyens dont disposaient les Romains, nous avons peine à imaginer comment ils purent réaliser un tel ouvrage. Extraire, tailler, transporter depuis les carrières distantes de plusieurs centaines de mètres et même de plusieurs kilomètres, mettre en place à main d'homme, à 48 m de haut, des blocs pesants parfois plusieurs tonnes, fut un véritable défi. Les dalles qui couvrent l'aqueduc à la partie supérieure du pont mesurent trois mètres de long et pèsent plus de trois tonnes.

Sur le plan réalisation architectural, la prouesse est tout aussi spectaculaire. Les Romains surent allier la technique et l'esthétique. C'est un des plus beaux sinon le plus beau de tous les aqueducs réalisés par les Romains. Il allie force, puissance, équilibre et élégance. Pour franchir la rivière Gardon et résister à ses crues violentes, les Romains réalisèrent deux arches d'une largeur inaccoutumée, véritable défi pour une construction classique en pierre de taille. L'arche inférieure située sur la rivière mesure 19,20 mètres d'ouverture et l'arche supérieure 24,52 mètres. C'est l'ouvrage majeur de l'aqueduc qui, sur 50 km de long, amenait quotidiennement l'eau d'Uzès à la ville de Nîmes.

De tous temps, les Compagnons du tour de France le reconnurent comme une oeuvre exceptionnelle. Les nombreuses inscriptions, dont certaines très anciennes, qu'ils ont gravées sur ses pierres pour marquer leur passage le démontrent. En hommage à la grandeur de l'oeuvre, au cours de leur tour de France, les Compagnons se devaient de faire un détour par le Pont Du Gard.

Depuis plus de 2000 ans, majestueusement, il défie le temps et les caprices de la rivière Gardon. Il donne à contempler ses pierres dorées et son architecture incomparable

 
 
   
   
   
 
 
 
Accueuil - Plan site - Plan village - plan commune - village - Lavoirs - Croix - Environs - Pierre - Aqueduc - Chronique - Contact